top of page

EN CHEMIN VERS LA MISÉRICORDE

L’hospitalité, depuis ses origines, est un lieu où chacune et chacun d’entre nous est appelé à redécouvrir la Miséricorde de Dieu en nous mettant simultanément en situation de pèlerin et de serviteur auprès de notre prochain.


Pèlerin chaque année, nous sommes invités à Lourdes, par l’exemple de Bernadette, à nous faire petits, humbles, à demander pardon à notre Dieu avec l’aide maternelle de Marie. Notre Mère à tous nous accompagne sans cesse, avec un cœur de tendresse et d’amour, à reconnaître nos fautes, et surtout à découvrir que Dieu pardonne tout, que Dieu pardonne toujours. A Lourdes, lieu privilégié et saint, notre âme accède plus favorablement à la Miséricorde ultime de Dieu, qui oublie tous nos péchés car son Amour est grand, plus grand que tout.


Cet Amour offert, nous oblige ! A quoi ?A nous-mêmes, être miséricordieux, proches de notre prochain, acceptant l’autre dans ses différences, ses forces, ses faiblesses.


Nous sommes appelés ainsi à aller au-delà de nos préjugés, à regarder au-delà des premières apparences en allant chercher le cœur de chacun. Parce que personne ne reste à l’écart de la Miséricorde de Dieu, notre Eglise se doit d’être ouverte pour y accueillir tout à chacun.


C’est ainsi que notre mission de serviteur nous enseigne la totalité du sens de la Miséricorde de Dieu :


- Par le service, nous permettons à nos frères malades et handicapés d’être pèlerin, d’accomplir pleinement leur chemin de Foi, d’accéder au lieu saint de Lourdes, lieu d’Amour, d’Espérance. Ainsi nos frères souffrants ne restent pas à l’écart de la Miséricorde de Dieu !


- Par le service à Lourdes, nous devenons également des apprentis de la solidarité chrétienne originelle. Il est plus aisé, en communauté d’hospitaliers, d’appréhender la relation aux plus fragiles, et d’y mettre un sens divin. Ainsi, nous sommes plus armés pour œuvrer dans notre milieu de vie, dans d’autres lieux, d’autres circonstances.


Pèlerin et serviteur, le Bon Pasteur vient nous chercher. Il faut alors éveiller tous nos sens pour écouter et répondre à ses appels successifs, qui ne cessent d’exister tout au long de notre vie, jusqu’au dernier appel à le rejoindre. Durant ces 16 dernières années au sein du conseil de l’Hospitalité du Berry, 10 ans au sein du conseil de l’association des présidents, j’ai su comprendre à vos côtés que notre mission consistait à se nourrir et à nourrir nos frères malades de la Parole.


Ainsi, l’hospitalité se doit sans cesse de surpasser l’aide physique par l’aide spirituelle, cette dernière incluant de fait la première.Par notre tradition d’accueil, nous répondons en partie à cette belle mission d’Eglise. Durant nos pèlerinages, nombreux d’entre nous redécouvrons ainsi l’envie de vivre plus intensément notre Foi.


A mes yeux, bien moins périlleuses que d’autres œuvres humanitaires, la mission de l’hospitalité n’en demeure pas moins essentielle ! Bras servant de l’Eglise, l’arbre de l’hospitalité s’enracine dans l’immensité du champ de la Foi comme un repère, un abri, une source à tout homme en chemin.


L’arbre de l’Hospitalité est tout à la fois solide de nos sincères démarches de pèlerins, mais aussi fragile de nos tentations à se glorifier d’œuvre caritative. L’arbre de l’Hospitalité est fort de ses grâces vécues ensemble à Lourdes, faible au vu du chemin restant à parcourir vers la sainteté.


Olivier CROUZET

Ancien président de l’Hospitalité du Berry

Ancien secrétaire général de l’Association des Présidents des Hospitalités Francophones

3 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

POUR UNE PARCELLE D’HUMANITE

Juillet 2021 Petit retour en arrière. Nous sommes le 8 avril. Le personnel soignant de nos hôpitaux continue de se battre sans relâche et consent à des sacrifices, parfois jusqu’à l’épuisement, pour s

SAVOURER L’INSTANT PRESENT, UNE GRACE DE LOURDES

Lors de notre dernier pèlerinage d’avril à Lourdes, plusieurs hospitaliers sont venus vers moi pour me partager, avec une joie ineffable qui se lisait sur leurs visages, qu’ils vivaient là leur plus b

ECOUTER L’AUTRE, C’EST LE FAIRE EXISTER

Selon Charles JULIET, écrivain français : « Ecouter l’autre, c’est le faire exister ». Cette citation résume à elle seule tout le bienfait d’une écoute bienveillante. Dans les expériences d’échanges a

Коментарі


bottom of page